La force des réseaux Wifi citoyens

L’origine d’Internet a été le fruit d’une coopération entre institutions publiques et privées.  Sa vocation qui, à l’origine était militaire, a passé rapidement à un réseau universitaire et par la suite à une vocation commerciale dont on connaît l’ampleur aujourd’hui. Le développement et la commercialisation d’Internet c’est réalisée grâce aux compagnies de télécommunications ainsi que par des fournisseurs locaux. Un des principes qui a motivé ces bâtisseurs, c’est la coopération des différents partenaires publics et privés pour permettre de relier les différentes régions afin de rejoindre le plus de gens possibles. Les régions les plus riches en ressources financières ont su se développer rapidement par rapport à d’autre.

Or, on constate en 2008 que le déploiement des infrastructures dans chacune des régions du globe est très variable et est proportionnelle à la richesse d’un pays. Des pays se hissent aux premiers rangs par l’utilisation d’Internet et d’autres n’ont pas les moyens de se moderniser. Selon le septième "Rapport mondial sur les technologies de l'information", publié mercredi 9 avril 2008 par le World Economic Forum (WEF), la vitalité d’un pays se traduit par le développement et l’usage de cette technologie. Même si le Canada fait bonne figure, une treizième position, il est tout de même devancé par des pays tels que le Danemark, Suède, Suisse et États-Unis.


Depuis quelques années, un phénomène récent a été constaté dans le monde entier, soit l’implication des citoyens à titre individuel ou par le truchement d’associations. Des citoyens de toutes origines et couches sociales différentes qui s’impliquent pour la première fois de l’histoire des communications à l’implantation d’infrastructures publiques.

Au Canada et au Québec, Ile Sans Fil a été le premier regroupement de citoyens qui a développé le logiciel WifiDog, afin que des usagers puisse se brancher via un portail captif en utilisant l’infrastructure en place des commerçants et organismes qui veulent bien partager la bande passante et permettre ainsi aux usagers possédant un portable de se brancher gratuitement. Ile Sans Fil a fait des petits et à travers les différentes régions du Canada, plusieurs groupes ont émergés : Île sans fil, Zap Québec, Zap Sherbrooke, Montérégie Sans fil, Ottawa-Gatineau Wifi, Wireless Toronto, Centre-du-Québec sans fil. L’an dernier en avril 2007, ces groupes se rencontraient pour la première fois sous l’initiative de Ile Sans Fil pour créer l’Alliance communautaire du sans fil (Alliance CSF). À cette époque ces réseaux communautaires avaient déployés 170 points d’accès sans fil Internet. Aujourd’hui à la même date, c’est 431 Points d’accès et plus de 80 000 usagers. L’initiative et le leadership de chacun des groupes dans les régions canadiennes ont contribué à l’implantation d’une solution économique pour et par les citoyens dans les milieux urbains et ruraux du Canada. Une spectaculaire croissance et phénomène sociétal qui ne peut passer inaperçu aux yeux des autorités politiques et du publiques.

De par leur mission, ces groupes communautaires des principales villes du pays contribuent à une accessibilité d’Internet gratuit via un portail captif et à l’aide d’entreprises (café, restaurant, bar, centre communautaire, institution publique) qui acceptent de partager leur bande passante. Cette étroite collaboration entre des citoyens et des organismes privés ou publics constituent un exemple de partenariat public, privé et communautaire unique au pays (PPPC). Des milliers de personnes se sont branchés et utilisent Internet afin de l’utiliser pour des multiples usages qui ont un impact économique et social non négligeable. Par leurs déplacements, ces milliers de personnes sont mobiles et utilisent une technologie de pointe dans le cadre de leurs activités. Chacun y trouve son compte mais par-dessus tout, cette communauté mobile, virtuelle est la génération de demain qui accédera aux leviers décisionnels et permettra au pays d’assurer sa croissance économique. Ils sont des milliers à utiliser ce service mis en place par des bénévoles engagés dans leurs communautés respectives. Ils sont d’origines diverses : étudiants, travailleurs, chercheurs d’emplois, touristes, hommes et femmes d’affaires, journalistes, etc.

Le développement de point d’accès Internet sans fil gratuit c’est beaucoup plus que de la simple installation de routeurs, d’antennes, de fils et de logiciel. C’est surtout et avant tout une nouvelle manière de tisser des relations entre les citoyens de cette planète autant au niveau local, régional ou planétaire. Quelque que soit l’endroit, la possibilité d’être en contact ou en établir peut maintenant être à la portée de tous. La libre circulation des idées, quelque soit le moyen utilisé, est un principe fondamental d’une société civile qui permet d’accroître le bien-être de ses citoyens.

Bref, une véritable communauté supportée harmonieusement par « l’Alliance des Communautés sans fil » qui elle, a réussi à tisser des liens étroits avec les propriétaires de restaurant, café, bar, centres communautaires, corporations de développement communautaires, etc. Durant l’année 2007-2008, Zap Sherbrooke et Zap Québec ont convaincu les autorités municipales à partager cette approche novatrice. Tout dernièrement, le Centre-du-Québec sans fil a procédé à l’implantation de Points d’accès Internet gratuit pour la Ville de Drummondville. Grâce au Commissariat au commerce de cette ville, les autorités municipales ont adhéré à cette solution économique et porteuse de changements majeurs dans la manière d’utiliser Internet dans une économie de marché en perpétuel changement.

À travers les expériences des dernières années, on ne peut que constater le travail colossal effectué par les membres de l’AllianceCSF dans l’implantation d’infrastructures légères et efficaces. La mise en place de ces réseaux constitue des solutions accessibles financièrement et toujours situées dans des endroits stratégiquement populaires permettant une véritable animation du milieu.

Les réseaux sont en contact régulièrement avec des gens de conditions et d’orientations diverses qui utilisent les NTIC dans leur quotidien. Souvent les gens sont dépassés par la vitesse à laquelle les changements s’effectuent de mois en mois. Le déploiement de Points d’accès Internet sans fil gratuit offre une occasion unique de projeter les citoyens dans ce 21e siècle tout en tissant un réseau qui ne fait que consolider les relations entre des partenaires économiques et des agents sociaux qui ont à cœur le développement de leur communauté. C’est indéniablement une prise en charge par les gens et une participation accrue à cette démocratisation de l’information.

Pour la première fois de l’histoire des télécommunications au Canada, l’Alliance CSF constitue une organisation constituée de citoyens bénévoles d’organismes et d’entreprises diverses qui participent activement au déploiement d’un outil de communication moderne et efficace. De 150 à 400 point d’accès Internet sans fil mis en place dans les différentes régions en 12 mois, c’est un phénomène social, technique et politique sans précédent au Canada. Aujourd’hui, c’est 400 et l’an prochain sera 1 000.

Finalement, ces centaines de bénévoles sont en quelque sorte des précurseurs d’une génération de canadiens et de québécois qui croient que l’appropriation des NTIC, par l’entremise du déploiement des Points d’accès Internet sans fil gratuit par les citoyens dans leurs régions respectives, est une garantie des droits et des libertés ainsi qu’une démocratisation de ce mode moderne de communication qui réduira la fracture numérique.

Un dernier mot ; nous luttons pour la démocratie, le droit de parole auprès des autorités gouvernementales, pour la réduction des écarts entre riches et pauvres, le rapprochement entre les régions et les villes, et nous luttons également pour la diffusion du savoir technologique auprès des citoyens. Nos libertés civiles et notre croissance économique, politique et sociale n’ont pas besoin de contrôle mais d’idées nouvelles, de projets novateurs, de relations d’affaires entres le milieu institutionnel, commercial, public et communautaire, de leaders qui croient que chaque citoyen est un élément clé d’une société en santé. La gratuité des points d’accès Internet sans fil pour tous et sur l’ensemble du territoire canadien et québécois assurera nos communications citoyennes et réduira la fracture numérique tant au niveau des individus que des régions.

Gilbert Fafard

Pour le réseau Centre-du-Québec sans fil

et CACI-Centre communautaire Saint-Pierre

et

Normand Robert

Pour le réseau Centre-du-Québec sans fil

et CACI-FQCCL
 

Commentaires  

 
+1 #1 REMI DESCHENESr 12-09-2010 20:30
A quand un reseau au Saguenay
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir



Copyright © 2008 FQCCL